🗓︎ Les deux dernières grandes thématiques du World Impact Summit 2022 dévoilées !

Publié le : 6 septembre 2022

Découvrez les deux grands sujets de nos experts pour le jeudi 1er décembre, toujours autour de notre problématique : Comment innover autrement ?

JEUDI 1ER DÉCEMBRE – MATIN

Énergies, transports et mobilités : réduire notre impact carbone

​​Le constat est simple : chaque jour, chaque seconde, nous utilisons de l’énergie. Pour nous chauffer, nous déplacer, utiliser nos appareils ménagers ou communiquer… tout est affaire de consommations énergétiques. La priorité est d’engager une transition afin d’améliorer notre système énergétique et ainsi diminuer son impact environnemental. Concrètement, cela désigne l’ensemble des transformations de notre système de production, de distribution et de consommation d’énergie effectuées sur un territoire dans le but de le rendre plus écologique. Cette transition s’appuie sur un triptyque entre :

  • la sobriété énergétique, qui vise à réduire les consommations d’énergie par des changements de comportement, de mode de vie et d’organisation
  • le développement des énergies renouvelables face à l’épuisement des énergies fossiles
  • et, l’optimisation de l’efficacité énergétique grâce aux avancées technologiques.

Accélérer la sobriété énergétique, c’est ralentir les émissions de CO2 et le réchauffement climatique.

Aussi, la mobilité durable constitue un levier majeur pour changer la donne en matière d’incidence climatique. Elle répond également, en partie, à la sobriété énergétique, car elle vise à réduire l’impact de la mobilité sur l’environnement. L’ADEME a notamment créé un label éco-mobilité qui engage volontairement les collectivités à mettre en place des actions sur le thème de la mobilité durable.

Enfin, les transports, aussi bien les déplacements domicile-travail, les déplacements personnels, le secteur du tourisme, celui de la logistique ou encore les flux de marchandises, ont un réel impact sur notre empreinte carbone. Avec l’explosion du e-commerce et plus récemment la crise sanitaire, l’offre de livraison (mode, repas, etc) n’a jamais été aussi importante. Pourtant, l’urgence climatique et l’adoption d’un mode de consommation plus responsable poussent les individus à privilégier des alternatives plus éthiques et respectueuses de l’environnement. Or, la conversion à des modes de livraison neutres en carbone a un coût, difficile à répercuter sur le prix final.

Quelles solutions innovantes peuvent-être mises en place pour remplacer progressivement le recours aux énergies fossiles par un mix énergétique plus propre ? Comment se déplacer, échanger, partager de manière plus durable ? Quels peuvent être les axes d’amélioration de la société en matière de sobriété énergétique et quelles sont les solutions concrètes pour y parvenir ? Réduire ou compenser l’impact carbone de nos activités, faut-il faire un choix ?

JEUDI 1ER DÉCEMBRE – APRÈS-MIDI

Gestion des déchets et économie circulaire : valoriser nos ressources

Au regard de la situation diplomatique, climatique et de la forte réduction des ressources naturelles, il est plus que nécessaire que nos modèles de production et de consommation se transforment en profondeur. La crise du COVID fut un premier avertissement, nous rappelant que nos modèles ne sont pas soutenables face aux enjeux que nous traversons.

Pour incarner cette transformation économique nécessaire, les principes de l’économie circulaire proposent des pistes intéressantes pour accompagner la mutation des chaînes de valeur. Malgré une complexité apparente, ces business models permettent d’augmenter la résilience des agents économiques et des territoires face aux crises à venir (climatique, sanitaire, diplomatique …) tout en créant de la valeur économique. A travers la création de partenariats innovants et en repensant nos usages, de nombreux acteurs prouvent qu’il est possible d’augmenter la durabilité de nos produits et de limiter le besoin d’extraction de nouvelles ressources naturelles.

Aussi, face aux défis environnementaux actuels, l’État français a adopté la loi AGEC début 2020, qui lutte contre le gaspillage, l’utilisation du plastique à usage unique et l’obsolescence programmée. Elle favorise le réemploi et garantit davantage de transparence pour les consommateurs.

Nécessitant une mise en place en plusieurs phases, 2022 a marqué une nouvelle étape dans ce processus de transformation, impliquant l’ensemble des acteurs de la chaîne de valeur. Afin de lutter efficacement contre le gaspillage, il est désormais interdit d’éliminer les invendus non alimentaires dont les appareils électroniques, les jouets, les produits d’hygiène et les vêtements. La loi sera généralisée à tous les produits à compter du 31 décembre 2023.

Comment gérer circulairement nos ressources afin d’augmenter la résilience de nos territoires ? Comment réintégrer une économie au service du vivant ? Comment, dans les faits, loi AGEC se met en place et quelles coopérations émergent sur les territoires pour mettre en pratique cette lutte contre le gaspillage ? Quels impacts dans les modèles de production cette loi risque d’avoir pour les acteurs industriels ? Et comment favorise t-elle le réemploi et le don aux associations ?

Retrouvez le programme du premier jour de l’événement ici !

Pour découvrir des solutions à impact positif et des prises de parole enrichissantes, RDV les 30 novembre et 1er décembre prochain au Palais des Congrès pour la 5ème édition du World Impact Summit !

Lire aussi